Ne Fais pas Comme l’Éléphant!

african-elephantÉtrange expression, n’est-ce pas ? Mais faites bien attention, cela pourrait faire toute la différence entre échec et réussite dans votre vie privée ou professionnelle.

Expliquons-nous.

Vous savez peut-être qu’en Inde les éléphants sont utilisés pour les travaux lourds et pénibles… Mais que faire avec eux lorsqu’ils ne travaillent pas ? Comment les maintenir en place ? Leurs dresseurs ont eu l’idée de les « programmer » dès leur plus jeune âge en leur inculquant des limites mentales qu’ils s’imposeront eux-mêmes par la suite.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Lorsque l’éléphant est encore petit, ne pesant que 75 kilos environ, on l’attache avec une très grosse corde. Pendant des jours entiers, il tentera de s’en débarrasser : il hurlera, tirera sur la corde, il essaiera même de la ronger. Mais il ne pourra pas s’échapper. Finalement, de guerre lasse, l’éléphant abandonnera la lutte.

À partir de ce moment-là, l’éléphant sera fermement convaincu qu’il n’y a absolument aucun moyen de se débarrasser de la corde. Il acceptera le « fait » que la corde le retient prisonnier. Il en est tellement persuadé que son dresseur peut désormais le retenir avec une corde très fine. Même lorsqu’il atteindra l’âge adulte, avec un poids de 4 tonnes ou plus, il ne tentera plus jamais de s’échapper, parce qu’il « sait » qu’ils n’a aucune chance.
Comme vous le voyez, les limites de l’éléphant ne sont pas réelles: elles n’existent que dans sa tête.

Nous aussi, nous entretenons ce genre de limites mentales. Elles ne sont pas réelles non plus, elles n’existent que dans notre tête. Mais rien ne nous empêche de changer nos façons de voir les choses. Nos structures mentales négatives ne doivent pas nous limiter pour toujours. Si vous voulez vraiment réussir et que vous regardez les choses en face, vous pouvez changer votre état d’esprit, votre attitude, et briser vos limites internes. Vous pensez peut-être que certains traits de caractère constituent votre personnalité et que vous ne pourrez pas les changer : c’est ainsi que vous êtes, ou que Dieu vous a faits.

Certes, il se peut que certains de vos traits soient innés, qu’il s’agisse de forces ou de faiblesses ; mais cela ne veut pas dire que vous ne pourrez  jamais les changer. Vous vous demandez peut-être comment il est possible de changer ce que vous croyez être une vieille habitude, un trait dominant de votre personnalité…

Avec Dieu, tout est possible ! Cela demande simplement que vous ayez un désir sincère de vouloir changer et de recevoir Son aide, ainsi que la détermination d’aller jusqu’au bout. Vous avez toujours la force intérieure, la puissance personnelle de tout changer pour le mieux dans votre vie. Alors essayez ! N’abandonnez jamais.

Et jamais ne faites comme l’éléphant !

l’Hache du Bûcheron

Un jeune homme vint trouver le chef d’une équipe de bûcherons pour lui demander du travail.

― Cela dépend, répondit ce dernier. Voyons un peu si tu peux abattre cet arbre. 

Le jeune homme s’avança et, avec adresse, abattit le grand arbre. Impressionné, le contremaître s’exclama :

― Tu pourras commencer lundi !   

Les jours passèrent : lundi, mardi, mercredi, jeudi…

Jeudi après-midi, le contremaître aborda le jeune homme et lui dit :

― Ce soir, en partant, tu pourras venir chercher ta paie.

Surpris, le jeune homme répondit :

― Je pensais qu’on était payés le vendredi. 

― Oui, normalement, fit le contremaître, mais on va devoir te renvoyer, parce que tu es à la traîne. Nos rapports d’abattage indiquent que, de la première place où tu étais lundi, tu es passé à la dernière aujourd’hui. 

  ― Mais je travaille dur, objecta le jeune homme. Je suis le premier arrivé, et le dernier à partir, et je travaille même pendant les pauses-café ! »

Le contremaître, touché par la sincérité et la bonne volonté du jeune homme, réfléchit un instant, puis lui demanda :

― As-tu pensé à aiguiser ta hache ? 

― Non Monsieur,  répondit-il, je n’en ai pas le temps, j’ai trop à faire !

Il en va de même dans notre vie : il nous arrive d’être si occupés que nous ne prenons pas le temps « d’aiguiser notre hache ».

De nos jours, les gens n’ont jamais été aussi occupés, mais pourtant il semble qu’ils n’ont jamais été aussi malheureux. Pourquoi donc ?

Serait-ce que nous ne savons plus aiguiser notre hache ?

Il n’y a rien de mal à s’activer et à travailler dur. Mais Dieu ne veut pas pour autant que nous négligions les choses les plus importantes de la vie : comme de prendre le temps de prier, de lire et d’étudier Ses paroles, ou d’écouter Sa « petite voix tranquille ».

Nous avons tous besoin de nous relaxer, de prendre du recul, de méditer, afin d’apprendre et de grandir. Si nous ne prenons pas le temps d’aiguiser notre hache, nous nous « émousserons » et nous perdrons notre efficacité.

Aujourd’hui, n’oubliez pas d’aiguiser votre hache !