Noël est Synonyme d’Amour

woodboxNoël est l’Amour. Il est la joie, de donner et de partager, de rire, de se réunir avec sa famille et ses amis. Mais avant tout, Noël c’est l’Amour.

Matthieu était un jeune orphelin qui vivait avec sa tante, une femme aigrie, lasse de devoir prendre soin de lui. Elle ne manquait jamais de rappeler au jeune garçon que si cela n’avait pas été sa générosité, il serait devenu un vagabond, un clochard sans abri.

Je n’avais jamais remarqué Matthieu jusqu’à ce qu’il commença à rester chaque jour après la classe pour m’aider à ranger la salle. Nous le faisions calmement et sans difficulté, mais quand nous parlions, Matthieu me parlait principalement de sa maman. Malgré le fait qu’il avait été très jeune quand elle mourut, il se rappelait qu’elle avait été une femme douce, gentille et aimante qui avait toujours passé du temps avec lui.

Alors que Noël s’approchait, Matthieu faillit à rester après les cours. J’ai attendu avec patience qu’il vienne, mais les jours ont passé et il a continué à filer à la fin de la classe, un après midi, je lui ai dit combien il me manquait, et ses grands yeux marrons s’illuminaient alors qu’il répondit : «  Est-ce que je vous ai réellement manqué ?

Je lui ai expliqué qu’il avait été mon meilleur assistant; “ Je vous préparais une surprise, chuchota t’il. C’est pour Noël “ Après cela, il fut embarrassé et fila hors de la salle de classe.

Finalement le dernier jour de classe avant Noël arriva. Matthieu se glissa discrètement dans la classe en fin d’après midi en cachant quelque chose dans son dos. ‘ J’ai votre cadeau dit-il timidement quand je l’ai regardé.’ J’espère que vous l’aimerez. ‘Il tendit ses mains et là, dans les paumes de ses mains il y avait une petite boîte en bois.

C’est beau Matthieu! Qu’y a t’il à l’intérieur? Ai-je demandé en soulevant le couvercle. Oh, vous ne pouvez pas voir ce qu’il y a dedans répondit-il et vous ne pouvez pas y toucher, ou le goûter ou le sentir, mais maman a dit que cela fait qu’on se sent bien tout le temps, chaud lors des nuits froides et en sécurité quand on est seul.

J’ai regardé dans la boîte vide. Qu’est-ce que c’est Matthieu ? ‘Ai-je demandé gentiment, qui me fera me sentir si bien ?

“ C’est l’Amour”, chuchota t’il, ‘et maman a toujours dit que c’est mieux quand on le donne! Il fit demi-tour et quitta calmement la pièce.

Ainsi maintenant, je garde une petite boîte ordinaire faite de débris de bois sur le piano de mon salon et je souris lorsque des amis curieux froncent les sourcils quand je leur explique qu’il y a de l’amour dedans.

Oui, Noël est pour la gaieté, l’hilarité, le chant et pour le bien et les cadeaux merveilleux. Mais plus que tout Noël est l’Amour.

 

La Navidad es un Tiempo de Amor

woodboxLa Navidad es un tiempo de amor. También es de alegría, dar, compartir, reír y reunirse con la familia y amigos. Pero por encima de todo, es para dar amor.

Mateo era un huérfano de diez años de edad que vivía con su tía, una seora amargada y muy molesta por tener que cuidar de su sobrino. Siempre le recordaba a Mateo que si no fuera por su generosidad, estaría vagando por la calle. Aún con esa frialdad y regañadera en casa, él era un niño amable y cariñoso.

No me había fijado en Mateo hasta que él empezó a quedarse después de clases para ayudarme a ordenar el salón. Esto lo hacíamos en silencio pero cuando hablábamos, Mateo me contaba sobre su mamá. Aunque bastante pequeño cuando ella murió, la recordaba como una madre amable, cariñosa y amorosa que siempre pasaba tiempo con él.

Sin embargo al acercarse la Navidad, Mateo ya no se quedaba después de clases, lo extrañaba pero los días pasaban y él se iba temprano a su casa. Una tarde le comenté que lo extrañaba, sus ojitos marrones se alumbraron, “¿en serio maestra?” me respondió.

Le expliqué que él era mi mejor ayudante, “le estaba preparando una sorpresa” me susurró. “Es para Navidad”. Luego le dió pena y salió corriendo del salón.

Llegó por fin el último dia de escuela antes de las fiestas. Por la tarde, Mateo entró calladamente al salón con sus manitos a sus espaldas. “Le tengo su regalo” me dijo tímidamente, “espero que le guste”. Me estrechó las manos y me entregó una diminuta caja de madera.

“Que hermoso es Mateo, ¿que hay adentro?” le pregunté al abrir la cajita. “no podrás ver lo que hay adentro, Maestra” respondió. “Tampoco palparlo, saborearlo ni sentirlo, pero mi mamá siempre me decía que te hace sentir bien en todo momento, te da calor cuando tienes frío y seguridad cuando estés a solas.”

Admiré la cajita vacía, “¿qué es Mateo, que me hará sentir tan bien?”

“Es amor” me susurró, “mamá decía que es mejor cuando lo regalas”. Con eso se dió la media vuelta y se fue.

Ahora guardo la cajita de madera encima del piano que está en mi sala de estar y sonrío ante la reacción de sorpresa de amigos curiosos al explicarles que adentro de la cajita, hay amor.

Si, la Navidad es para alegrarnos, para cantar, para dar y recibir regalos. Pero por encima de todo eso, es para dar amor.

Christmas is for Love

woodboxChristmas is for love.  It is for joy, for giving and sharing, for laughter, for reuniting with family and friends. But, mostly Christmas is for love.

Matthew was a 10 year old orphan who lived with his aunt, a bitter woman greatly annoyed with having to care for him. She never failed to remind young Matthew, if it hadn’t been for her generosity, he would be a vagrant, homeless waif.  Still, with all the scolding and chilliness at home, he was a sweet and gentle child.

I had not noticed Matthew particularly until he began staying after class each day to help me straighten up the room.  We did this quietly and comfortably, not speaking much, but when we did talk, Matthew spoke mostly of his mother.  Though he was quite young when she died, he remembered a kind, gentle, loving woman who always spent time with him.

As Christmas drew near however, Matthew failed to stay after school.  I looked forward to his coming, but the days passed and he continued to scamper hurriedly from the room after class,  one afternoon I told him how I had missed him, and his large brown eyes lit up eagerly as he replied, ‘Did you really miss me?’

I explained how he had been my best helper, ‘I was making you a surprise,’ he whispered.  ‘It’s for Christmas.’ With that, he became embarrassed and dashed from the room.

Finally came the last school day before Christmas.  Matthew crept slowly into the room late that afternoon with his hands concealing something behind his back.  ‘I have your present,’ he said timidly when I looked up.  ‘I hope you like it.’  He held out his hands, and there lying in his small palms was a tiny wooden box.

‘It’s beautiful, Matthew.  What’s in it?’ I asked opening the top to look inside.  ‘Oh you can’t see what’s in it,’ he replied, ‘and you can’t touch it, or taste it or feel it, but mother always said it makes you feel good all the time, warm on cold nights and safe when you’re all alone.’

I gazed into the empty box.  ‘What is it, Matthew’ I asked gently, ‘that will make me feel so good?’

‘It’s love,’ he whispered softly, ‘and mother always said it’s best when you give it away.’ He turned and quietly left the room.

So now I keep a small box crudely made of scraps of wood on the piano in my living room and only smile when inquiring friends raise quizzical eyebrows when I explain to them there is love in it.

Yes, Christmas is for gaiety, mirth, song, and for good and wondrous gifts.  But mostly, Christmas is for love.

Le Fermier & les Voyageurs

farmer

II y a une vieille histoire au sujet d’un homme qui marchait sur une très longue route, d’un village à l’autre. À l’entrée d’une nouvelle ville, il rencontra un fermier qui labourait son champ, coupant du foin.

Il dit au fermier : «J’ai marché une grande distance pour venir à votre village. J’ai laissé mon village, cherchant un nouveau chez-moi, peut-être vais-je le trouver ici. Dites-moi, comment sont les gens de ce village? Quel genre de personnes habitent ici? »

L‘homme dans le champ réfléchit pendant un moment, puis demanda : «Comment étais les gens du village d’où vous venez?»

Le voyageur lui répondit : «Ils étaient insensibles, indifférents, égocentrique, froid, cynique, inhospitalier et inamical. C’est pourquoi je suis parti.»

Le fermier pris une pause pour réfléchir avant de répondre : «Je pense que c’est ainsi que vous trouverez les gens ici aussi.»

Le voyageur répliqua «Dans ce cas, je vais continuer mon chemin et regarder ailleurs.».

Quelques jours plus tard, le fermier était encore dans son champ lorsqu’un autre homme l’approcha et dit : «Mon village a été détruit et sa population s’est éparpillée. Je cherche un nouveau chez-moi, peut-être dans ce village. Pouvez-vous me dire comment sont les gens de ce village? Quelle sorte de personnes habitent ici?»

Le fermier demanda : «Comment étaient les gens de votre village?»

Le voyageur lui répondit : «Ils étaient merveilleux. Affectueux, amicaux, serviables, attentionnés et ils me manquent terriblement.»

Le fermier répondit : «Je crois que c’est ainsi que vous trouverez les gens ici aussi.»

Comme un homme pense en son cœur, tel il est. – La Bible