Le Banquier et le Pêcheur

Dans un petit village de la côte mexicaine, un bateau de pêche rentre au port avec plusieurs thons. Un riche banquier et investisseur américain qui se promène au bord de l’eau le regarde.

Il s’arrête, entame la conversation et complimente le pêcheur pour la qualité de sa pêche :
« Combien de temps vous a-t-il fallu pour capturer ces thons ?
« Pas très longtemps » répond le pêcheur.
« Mais alors, pourquoi êtes-vous rentré alors que vous auriez pu attraper plus de thons ? » demande le banquier.
« Ces quelques thons suffiront aux besoins de ma famille.
L’américain demande alors :
« Mais que faîtes-vous le reste du temps ? »

« Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme. Le soir je vais au village voir mes amis. Nous buvons du vin et nous jouons de la guitare. J’ai une vie bien remplie ».

L’américain interrompt le pêcheur et lui dit :
« Écoutez-moi : j’ai un MBA de l’Université de Harvard, je suis banquier et je peux vous aider. Vous devriez d’abord commencer par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices dégagés, vous pourriez acheter un plus gros bateau. Avec l’argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un second et ainsi de suite, jusqu’à posséder une flotte de chalutiers. En même temps, au lieu de vendre votre pêche à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l’usine, et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico City, puis Los Angeles et peut-être New York, d’où vous dirigeriez toutes vos affaires.»

Le pêcheur mexicain songeur demande alors :
« Combien de temps cela prendrait-il ? »
« Environ 15 à 20 ans », répond le banquier
« Et après ? » demande le pêcheur mexicain
« Après, c’est là que cela devient intéressant, répond l’américain en riant. Quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions »
« Des millions ? Mais pour quoi faire ? »
« Et bien après, vous pourrez enfin prendre votre retraite, profiter de la vie, habiter un petit village côtier du Mexique, faire la grasse matinée, jouer avec vos enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme, et passer vos soirées à boire et à jouer de la guitare avec vos amis !! »

Advertisements

El Banquero y el Pescador

Un rico banquero estaba paseando por el muelle de un pueblito costero Mexicano, cuando vio llegar la barca de un pescador solitario. Dentro del bote se podían ver algunos peces de buen tamaño. El inversionista elogió al pescador por la buena calidad de sus capturas, y comenzó una conversación con el hombre de mar preguntándole:

– ¿Cuánto tiempo le ha tomado pescar esos peces?

– La verdad, no demasiado…

– ¿Y no ha pensado nunca en estar más tiempo pescando? De ese modo sacaría más cantidad de pescado.

– No, no lo he pensado porque con esto tengo suficiente para satisfacer mis necesidades y las de mi familia.

– Pero si apenas pesca un par de horas al día ¿Qué hace usted con el resto de su tiempo?

– Camino tranquilo, leo algo interesante, juego con mis hijos, duermo la siesta con mi esposa, bajo todas las noches al pueblo donde suelo comer, tomar vino y tocar la guitarra con mis amigos… Tengo una vida que es estupenda y además, bien entretenida.

– Verá usted, buen hombre, yo soy un licenciado en ciencias económicas de la Universidad de Harvard y podría ayudarle un poco. Debería gastar más tiempo en la pesca y con los ingresos comprar un bote más grande para aumentar el número de sus capturas; con los ingresos de este aumento podría comprar varios barcos, con lo que eventualmente tendría una flota de botes pesqueros.

– En vez de vender el pescado a un intermediario lo podría hacer directamente a un procesador, e incluso, con algo de suerte abrir su propia compañía procesadora de ventas. Debería controlar la producción, el proceso y la distribución. Debería salir de este pueblo e irse a Ciudad de México, luego a Los Ángeles y a ser posible a Nueva York, donde manejaría su empresa en expansión…

– Perdone que le interrumpa, señor banquero, pero ¿Cuánto tiempo puede tardar todo eso en suceder?

– Entre quince y veinte años, calculo. Todo depende de muchos factores, de las variables del mercado, de su riesgo inversionista…

– Bueno ¿Y luego qué?

– Pues esa es la mejor parte, amigo: Cuando llegue la hora debería anunciar una “Oferta Inicial de Acciones”. Al vender las acciones de su empresa al publico, usted se volvería rico, tendría millones…

– ¿Millones? ¿Y luego qué?

– ¡Qué pregunta! Con semejante fortuna, se podría retirar de la vida laboral y afincarse en un pueblecillo en la costa, donde podría dormir hasta tarde, jugar con sus hijos (si le queda alguno con edad de jugar), descansar con su mujer, salir por las noches al pueblo para comer y tomar vino despreocupadamente ¡Incluso podría hacer algo que sé que le gusta mucho: Tocar la guitarra con sus amigos!

The Banker & the Fisherman

An American banker was at the pier of a small Mexican coastal village when a small boat with just one fisherman docked. In the boat were several large yellowfin tuna. The American complimented the Mexican on the quality of his fish and asked how long it took to catch them.
The Mexican replied, “Only a little while.”
The American then asked why he didn’t stay out longer and catch more fish.
The fisherman said he had enough to support his family’s immediate needs.
The American then asked, “But what do you do with the rest of your time?”
The fisherman said, “I sleep late, fish a little, play with my children, and take a siesta with my wife Maria. Then I stroll into the village each evening where I sip wine and play guitar with my amigos. I have a full and busy life, señor.”
“I am a Harvard MBA,” the American scoffed. “I could help you. You should spend more time fishing. With the proceeds you could buy a bigger boat. With the proceeds from the bigger boat you could buy several boats.
Eventually you would have a fleet of fishing boats. Instead of selling your catch to a middleman you would sell directly to the processor, eventually opening your own cannery. You would control the product, processing, and distribution. You would need to leave this small coastal fishing village and move to Mexico City, then Los
Angeles, and eventually New York City, where you would run your expanding enterprise.”
The fisherman asked, “But señor, how long will this all take?”
“Fifteen or twenty years.”
“But what then, señor?”
The American laughed and said, “That’s the best part. When the time is right you would sell your company stock to the public and become very rich. You would make millions.”
“Millions, señor? Then what?”
The American said, “Then you would retire and move to a small coastal fishing village where you would sleep late, fish a little, play with your grandchildren, take siestas with your wife Maria, and stroll to the village in the evenings where you could sip wine and play your guitar with your amigos.”

Le Verre D’eau

Un jour un conférencier, expliquant la gestion du stress à son auditoire, lève un verre d’eau et demande :

– Combien pèse ce verre d’eau ?

Les réponses vont de 20 g jusqu’à 500 g.

Le conférencier poursuit :
– Le poids absolu de ce verre n’a aucune importance. Tout dépend de la durée pendant laquelle vous essayez de le tenir. 

Si je le tiens une minute, ce n’est pas un problème.
Si je le tiens pendant une heure, j’aurai mal au bras droit. 
Si je le tiens toute la journée, vous allez devoir appeler une ambulance. 

Dans tous les cas c’est le même poids, mais plus longtemps je le tiens, plus il devient lourd.
Il continue :

« Et c’est le même cas avec la gestion du stress. Si on porte un fardeau tout le temps, tôt ou tard, comme le fardeau devient de plus en plus lourd, on ne sera plus capable de continuer. Comme pour le verre d’eau, vous devez le déposer un moment et vous reposer avant de le reprendre.
Quand on est frais et dispos, on peut continuer avec son fardeau. Donc, avant de retourner à la maison le soir, déposez votre fardeau de travail.

Ne l’apportez pas à la maison. 

Vous pourrez le reprendre demain. 

Quel que soit le fardeau que vous portez maintenant, laissez-le pour un moment si vous le pouvez. Relaxez. Reprenez le plus tard quand vous serez reposés. Il vous semblera plus léger …

La vie est courte. Tachez d’en profiter !”